Laos 3

J054 – Mardi 28 février 2017

Kuang Si wterfall – Louang Prabang

29,15 Km – Vitesse moyenne : 15,16 Km/h

Dénivelé montant : 260 m - Dénivelé descendant : 426 m.

Pente montante Maxi : 11 % - Pente descendante Maxi : 7 %

Altitude départ : 460 m – Altitude arrivée : 294 m – Altitude Maxi : 460m.

https://www.bikemap.net/fr/route/3891627-j054-mardi-28-fevrier-2017-kuang-si-wterfall-louang-prabang/

La nuit sous la tente a été bonne et elle n’a pas été perturbée par le gong ni par les prières de moines. Nous nous réveillons vers 7h15 comme d’habitude. Nous rangeons nos affaires dans les sacoches que nous laissons sous la tente. Les vélos sont à coté et cadenassés. Nous laissons le tout sous la surveillance des moines et partons à pieds prendre le petit déjeuner et visiter le site.

Les commerces ouvrent tout juste lorsque nous arrivons au parking. Nous trouvons tout de même de quoi nous restaurer et ensuite nous prenons nos billets (20 000 Kips par personne) et commençons la visite. Il est encore tôt et il n’y a pas beaucoup de monde.

La visite commence par un mini parc animalier réservé aux ours du Laos. Il doit y avoir environ une vingtaine de spécimen répartis en plusieurs enclos.

Nous arrivons ensuite au cascade et nous sommes plutôt agréablement surpris. Le débit de la rivière que nous avons suivi hier en aval des chutes n’est pas très important et nous nous attendions à moins beau que ce que nous voyons. Le site est beau et les chutes sont aussi remarquables. La couleur rappelle les « cascadas aqua azul » au Mexique. Le débit et la largeur des chutes est moindre mais la couleur est identique et ici la hauteur de la dernière chute est plus importante. On peut aussi monter jusqu’à la rivière qui les alimente par un coté et redescendre par l’autre. C’est ce que nous avons fait. Par contre nous n’avons pas suivi le sentier de trois kilomètres qui conduit à une grotte et à la source de la rivière.

Nous terminons la visite vers 12h30 et nous prenons notre repas de midi avant de retourner à la tente. Certains restaurants font des frites et Michel et Noël choisissent ce plat. Moi je reste au riz frit œufs et poulet qui me convient bien. Le restaurant fait aussi de bonnes crêpes et nous en prenons en dessert.

Nous plions ensuite la tente qui est bien exposée au soleil et donc bien sèche et nous prenons la direction de Louang Prabang vers 14h30.

Nous y arrivons assez rapidement car le parcours n’est pas très long ni difficile malgré quelques inévitable montées et un passage à 11 %. La première guest house que nous visitons propose des chambres à trois lits à 200 000 Kips (environ 24 Euros). C’est un peu cher mais la ville n’est pas bon marché. La chambre est très bien. Il y a la climatisation, l’eau chaude, le wifi et on peut prendre le café à volonté à la réception. Nous réservons donc pour deux nuits. Demain sera donc une nouvelle journée de repos et de visite de la ville.

 

J055 – Mercredi 01 mars 2017

Louang Prabang – Repos et visite

7,15 Km – Vitesse moyenne : 9,18 Km/h (balade en ville)

Nous sommes réveillés vers 7h15 ce matin comme d’habitude et nous partons en vélo pour visiter la ville après avoir pris le café à l’hôtel.

Il y a beaucoup de temples à visiter à Louang Prabang et comme nous en avons déjà vu beaucoup nous nous limitons à la visite du Wat Mai Suwonnaphumaham et du Wat Xieng Thong. Nous montons aussi au mont Phou Si pour la vue sur la ville et les environs. Hélas ce n’est pas la bonne heure pour avoir des paysages nets et de belles couleurs sur les photos car il est presque midi et il y a trop de lumière. La vue sur le Mekong, la Nam Khan, Louang Prabang et les environs est quand même belle et nous ne regrettons pas d’avoir choisi cette visite.

Nous passons ensuite dans une supérette pour faire quelques provisions de vivre pour les jours à venir car il ne semble pas y avoir beaucoup de village sur les routes ou pistes que nous allons suivre pendant deux ou trois jours. Nous prenons le repas de midi dans un des petits restaurants de rue qui sont installés sur le marché.

Il y a beaucoup de boutiques dans la ville et cela tombe bien car mes sandales commencent à être fatiguées (encore) et ne devraient pas tarder à perdre leur semelle. Je fais donc l’acquisition d’une nouvelle paire de sandale à 150 000 Kips (environ 16 Euros). Elles semblent de bonne qualité et j’espère pouvoir terminer le voyage avec cette quatrième paire.

Nous changeons ensuite quelques dollars contre des Kips après avoir grossièrement estimé ce dont nous aurons encore besoin au Laos. Nous passons ce qu’il reste de l’après-midi à nous balader en vélo au bord de la Nam Khan et du Mekong jusqu’au coucher du soleil.

Demain nous prenons la route 4B qui relie Louang Prabang à Hongsa en 127 kilomètres environ. Pour l’instant nous avons juste repéré l’endroit où il faut prendre le bac pour traverser le Mekong. Pour le reste la route 4B est en construction et il est probable qu’elle ne soit pas goudronnée sur tout le parcours. Il est même possible que certains tronçons ne soient encore qu’une piste. Comme nous attaquons ici la montagne il est possible que nous mettions deux ou trois jours pour arriver à Hongsa s’il y a beaucoup de mauvaises pistes.

 

J056 – Jeudi 02 mars 2017

Louang Prabang – Hongsa

- Jour 1 = Km 0 à Km 45 (Ban Nahay)

45,35 Km – Vitesse moyenne : 8,69 Km/h

Dénivelé montant : 1077 m - Dénivelé descendant : 861 m.

Pente montante Maxi : 16 % - Pente descendante Maxi : 16 %.

Altitude départ : 294 m – Altitude arrivée : 510 m – Altitude Maxi : 650 m.

https://www.bikemap.net/fr/route/3895815-j056-jeudi-02-mars-2017-louang-prabang-hongsa-jour-1-km-0-a-km-45-ban-nahay/

Nous nous réveillons vers 7h15 comme d’habitude ce matin et nous quittons l’hôtel vers 9h15 après avoir bu le café.

Le parcours commence par la traversée du Mékong avec le bac. Nous attendons une dizaine de minutes qu’il arrive et autant de temps pour que les véhicules montent à bord. Il y a un camion, deux voitures et des motos ainsi que nos trois vélos. La traversée n’est pas très longue et nous nous retrouvons à monter le chemin de terre à 16 % qui s’éloigne du Mekong.

Le parcours du jour est entièrement sur une route de terre en cours de construction. Il devait exister une piste de terre ici car il y a quelques villages qui semblent ici depuis longtemps sur tout le parcours.

Sur les dix ou quinze premiers kilomètres c’est une bonne route de terre compactée et nous avançons assez facilement malgré quelques inévitables pentes à plus de 10 %.

Ensuite c’est moins bon, très poussiéreux et aussi plus vallonné avec des pentes qui sont presque toujours entre 10 et 12 % avec quelques passages entre 8 et 10 % et d’autres au-dessus des 12 %. La journée de repos nous a été bénéfique car nous passons presque tout en vélo à l’exception de quelques centaines de mètres où nous nous enlisons dans la poussière.

Le principal inconvénient de cette route en construction est que le terrain a été déboisé sur toute la largeur prévue de l’ouvrage et qu’il n’y a pas d’ombre. Heureusement pour nous le ciel est couvert aujourd’hui jusqu’à 13 heures environ et nous ne souffrons pas de la chaleur.

Nous trouvons à manger une soupe dans un premier village et du riz gluant avec des boites de sardines dans un second. Nous ne souffrons donc pas de la faim non plus.

Vers 17 heures nous demandons pour dormir dans un petit village. Nous n’arrivons pas trop à nous faire comprendre au début mais ensuite on nous propose de dormir dans un bâtiment ouvert qui sert de salle des fêtes au village.

Nous nous installons et préparons notre diner. Pour La toilette il y a une rivière où tout le monde se lave.

Pendant que j’écris ce texte trois hommes sont à la table et me posent des questions. Comme nous ne nous comprenons pas ce n’est pas simple mais je pense qu’ils vont finir par se lasser. Deux sur les trois se lassent en effet rapidement. Après regardés nos affaire posés sur la table et joués avec ma frontale et ma lampe torche ils partent. Celui qui reste semble avoir un trop forcé sur la bière. Je ne comprends toujours pas ce qu’il me dit mais en lui prêtant un peu plus l’oreille je comprends que les trois étaient les policiers du village. Pendant la présence des indésirables Michel et Noël se sont éclipsés. Michel s’est couché sous la tente et Noël devant la tente sur le plancher du bâtiment qui nous abrite. Avec des gestes je comprends que notre policier zélé veut que Noël et moi intégrions aussi la tente car il est plus de 20 heures et c’est selon lui l’heure du couvre-feu dans les villages. Dans les hôtels en ville le règlement intérieur indique que les clients doivent être dans leur chambre à partir de 23h30. Que nous soyons dans le bâtiment ne semble pas lui suffire il veut que nous soyons tous les trois dans la tente. Comme je peux terminer ce que je fais dans la tente je ne le contrarie pas. Ce sera juste un peu moins confortable. Avant de partir il me montre où sont les toilettes et me fait comprendre par geste qu’il est interdit d’aller dans le village la nuit. Les seuls endroits autorisés sont la tente et les toilettes.

Demain nous continuons sur la même route et ce sera encore plus montagneux. Il n’y a donc aucune chance pour que nous puissions arriver à Hongsa demain soir. Ce sera dons très probablement encore une ou deux nuits sous la tente. Pour éviter les problèmes avec les policiers municipaux nous essaierons de faire étape en pleine campagne si c’est possible.

J057 – Vendredi 03 mars 2017

Louang Prabang – Hongsa

- Jour 2 = Km 45 à Km 75

30,21 Km – Vitesse moyenne : 6,01 Km/h

Dénivelé montant : 1086 m - Dénivelé descendant : 582 m.

Pente montante Maxi : 17 % - Pente descendante Maxi : 20 %.

Altitude départ : 510 m – Altitude arrivée : 1014 m – Altitude Maxi : 1237 m.

https://www.bikemap.net/fr/route/3895822-j057-vendredi-03-mars-2017-louang-prabang-hongsa-jour-2-km-45-a-km-75/

 

J058 – Samedi 04 mars 2017

Louang Prabang – Hongsa

- Jour 3 = Km 75 à Km 100

24,92 Km – Vitesse moyenne : 6,30 Km/h

Dénivelé montant : 1047 m - Dénivelé descendant : 1003 m.

Pente montante Maxi : 21 % - Pente descendante Maxi : 21 %.

Altitude départ : 1014 m – Altitude arrivée : 1060 m – Altitude Maxi : 1415 m.

https://www.bikemap.net/fr/route/3895828-j058-samedi-04-mars-2017-louang-prabang-hongsa-jour-3-km-75-a-km-100/

 

J059 – Dimanche 05 mars 2017

Louang Prabang – Hongsa

- Jour 4 = Km 100 à Km 130

30,14 Km – Vitesse moyenne : 8,91 Km/h

Dénivelé montant : 652 m - Dénivelé descendant : 1162 m.

Pente montante Maxi : 18 % - Pente descendante Maxi : 20 %.

Altitude départ : 1060 m – Altitude arrivée : 550 m – Altitude Maxi : 1333 m.

https://www.bikemap.net/fr/route/3895836-j059-dimanche-05-mars-2017-louang-prabang-hongsa-jour-4-km-100-a-km-130/

Pendant les trois jours de parcours qu’il nous reste pour rejoindre Hongsa nous serons presque toujours sur le chantier de construction de la nouvelle route ou sur des déviations. Le chantier est presque toujours poussiéreux et les pentes sont aussi presque toujours raides. Les déviations sont parfois plus agréables car moins larges et avec de l’ombre et de la végétation proche. Par contre les pentes sont au moins aussi raides et nous devons parfois nous mettre à deux pour pousser un vélo lorsqu’il y a trop de poussière et que nos chaussures n’ont pas d’adhérence. 

Jour 2

Nous nous réveillons vers 6h30 ce matin car on se réveille tôt dans les villages. Nous achetons quelques biscuits à l’épicerie et nous prenons le café avant de partir. Personne ne se soucie de nous et le policier qui est venu nous voir hier soir doit encore cuver sa bière. Nous aurions pu laisser un peu d’argent pour l’accueil dans la maison commune du village mais l’intervention du policier hier soir ne nous incite pas à cela et en plus nous ne saurions pas à qui remettre l’argent. Nous partons donc en nous contentons de laisser les lieux un peu plus propres que nous les avons trouvés.

Nous avons environ trois kilomètres de l’ancien chemin aujourd’hui. C’est beaucoup plus agréable que le chantier et en plus les pentes étaient moins raides (environ 10%) sur cette partie du parcours.

Nous avons pris le petit déjeuner à environ dans un petit village à environ trois kilomètres de l’endroit où nous avons dormi. Nous avons demandé « Khao Niaho » (riz gluant, c’est ce que l’on trouve le plus facilement ici) à des gens qui étaient devant une maison. Aussitôt une femme nous a apporté un panier de riz gluant, une assiette de grattons et un pichet de thé. Lorsque nous avons demandé le prix elle nous a fait comprendre que c’était gratuit. Ce n’était pas un restaurant mais nous avons réussi à lui faire accepter 15 000 Kips et nos remerciements.

Pour le repas de midi nous faisons aussi une bonne pioche dans une épicerie. Le patron nous installe sur une jolie table avec de beaux sièges tout neufs et nous offre le riz gluant. Nous lui achetons quelques boites de sardine et une bouteille de bière. Nous lui laissons 5 000 Kips de pourboire pour le riz gluant.

Nous sommes bloqués une bonne heure par le chantier pour cause de route impraticable. Le chef de chantier prend pitié de nous et il s’arrange pour que les engins nous fassent de petites rampes pour que nous puissions avancer. Sur une partie ce serait trop long et il demande à un jeune ouvrier du chantier de nous aider à traverser un éboulis sur une centaine de mètres afin de rejoindre une voie plus praticable plus bas. Nous passons donc un par un avec notre vélo et notre aide. Nous lui donnons 10 000 Kips pour sa peine et il semble très satisfait de la gratification.

Vers 16 heures nous nous arrêtons à une autre épicerie et demandons par geste s’ils peuvent nous cuisiner des nouilles avec des œufs. C’est possible et la patronne nous prépare une bonne soupe de nouille avec un œuf cuit dur comme Michel les aime. Elle nous propose même de dormir sur un plancher couvert mais il est encore tôt et nous préférons dormir dans un endroit isolé où nous serons plus tranquilles.

Nous roulons encore une heure et trouvons un bon endroit plat et un peu à l’écart de la route pour mettre notre tente. Nous mangeons encore une soute de nouilles chinoise avant de nous coucher.

Jour 3

Nous n’avons pas été dérangé cette nuit par la circulation ni par les voisins ni par la police municipal. La circulation pendant la nuit s’est limitée à deux motos tôt le matin. Nous mangeons chacun une assiette de nouilles avec des sardines avant de prendre la route ce matin.

Nous arrivons dans un petit village après une grande descente qui nous ramène vers 700 mètres d’altitude. Nous avons encore de la chance car le patron d’une épicerie nous prépare une soupe avec deux paquets de nouilles et six œufs. Nous ajoutons à cela deux grandes bouteilles de bière (c’est un peu trop et nous aurons beaucoup de difficulté avec la montée suivante). Il y a quelques robinets d’eau dans le village. Les gens semblent dire qu’elle est potable mais nous préférons la filtrer avant de remplis nos bidons. Pour quitter le village il faut passer un pont de bois instable ou traverser la rivière. Nous traversons la rivière et nous en profitons pour faire une rapide toilettes à nos vélos.

Vers 16h30 nous arrivons sur un gros chantier interdit à la circulation. La déviation est peu large, assez fréquentée et poussiéreuse. Nous décidons donc de trouver un endroit pour dormir avant. Un haut de talus plat fera l’affaire. Nous mangeons le reste de nos provisions de nouilles avant de nous coucher à 19h15.

Jour 4

Nous nous réveillons vers 6h30 ce matin et découvrons que nous avons quelques buffles comme voisins. Notre compagnie ne doit pas leur plaire car ils ne tardent pas à traverser la route et à disparaitre dans la végétation. Comme nous n’avons plus de vivre nous nous contentons de boire un café avant de reprendre la route.

La dérivation monte raide mais elle est ombragée et plutôt agréable. A ces heures il y a moins de véhicules qu’hier soir. Nous croisons juste deux voitures. Nous rejoignons la route en chantier environ deux kilomètres avant le dernier point haut de ce parcours de quatre jours. Dans la dernière montée qui très raide très poussiéreuse nous assistons à la chute d’un motard qui s’est enlisé dans un tas de poussière. Il finit sa course contre des rochers mais il s’en tire avec quelques égratignures.

La descente est encore raide et très poussiéreuse et nous n’allons guère plus vite que dans la montée. Avant dix kilomètres avant Hongsa nous arrivons sur le goudron et dans un village avec un restaurant. Nous y commandons trois soupes et une bière. La soupe est rapidement mangée et la bière tout aussi rapidement bue.

Ensuite nous rejoignons rapidement la route 4A qui est goudronnée aussi et qui relie Hongsa et Sayaboury. Il y a encore une belle montée avec des pentes entre 12 et 17 % (le plus souvent à 13 ou 14 %) qui nous fait rapidement prendre 170 mètres d’altitude. Le reste est facile et nous arrivons rapidement à Hongsa. La première guest house que nous visitons nous propose une chambre à trois lits à 100 000 kips. Il y a l’eau chaude (c’est important dans l’état de saleté où nous sommes) le wifi et une cour pour stationner les vélos. Nous nous y installons. Comme nous y sommes arrivés vers 13 heures nous avons le temps de faire notre toilette et celle de nos équipements.

 

J060 – Lundi 06 mars 2017

Hongsa – Ban Beemee

45,34 Km – Vitesse moyenne : 11,46 Km/h

Dénivelé montant : 802 m - Dénivelé descendant : 851 m.

Pente montante Maxi : 13 % - Pente descendante Maxi : 12 %.

Altitude départ : 550 m – Altitude arrivée : 501 m – Altitude Maxi : 903 m.

https://www.bikemap.net/fr/route/3897121-j060-lundi-06-mars-2017-hongsa-ban-beemee/

Nous nous réveillons vers 7h15 ce matin après une bonne nuit de sommeil dans un lit confortable. Nous quittons l’hôtel vers 8h20 après avoir bu le café. Nous prenons notre repas du matin avec une soupe à la sortie de la ville.

Après quelques kilomètres faciles et peu pentus nous attaquons la première difficulté du jour qui nous fera monter de 550 m à 900 m d’altitude. La pente est le plus souvent entre 8 et 10 % avec quelques passages courts à 12 %. La route est excellente et comme il ne fait pas encore trop chaud nous arrivons au sommet sans trop de difficulté.

Il y a encore deux montées plus courtes mais aussi raides sur le parcours. Comme pour la première nous en venons à bout sans nous épuiser. La fin du parcours sur Muang Ngeun est plus facile et nous y arrivons vers 13 heures.

Nous passons d’abord sur le marché pour acheter des fruits donc nous avons été privés pendant quelques jours. Nous prenons ensuite notre repas de midi suivi par un café.

Nous hésitons à réserver dans une des nombreuses guest house de la ville car il n’est que 15 heures. Il est trop tard pour rejoindre Pak Beng avant la nuit et un peu tôt pour nous arrêter à Muang Ngeun. Comme il y a de nombreux villages dans la vallée qui précède la montagne nous décidons de poursuivre quelques kilomètres jusqu’à sortir des agglomérations. Sept ou huit kilomètres plus loin nous ne voyons plus de maison. Nous prenons une bière dans un Karaoké et demandons s’il y a des guest house plus loin en direction de Pak Beng. La réponse est « non ». La dernière guest house est celle que nous avons vu environ trois kilomètres avant (donc 2 x 3 Km = 6 Km de parcours inutile). Nous faisons donc demi-tour et nous y réservons une chambre avec un grand lit et un petit pour 70 000 Kips la nuit. Il y a l’eau chaude et un local fermé pour les vélos. Par contre il n’y a pas de wifi mais le réseau mobile est correct ici et je devrais pouvoir mettre à jour le site.

L’étape du jour devait nous conduire jusqu’à Pak Beng mais nous l’avons coupée en deux car cela aurait fait un peu long pour un parcours de montagne. Demain nous aurons donc encore une étape courte avec environ 55 kilomètres jusqu’à Pak Beng.

 

J061 – Mardi 07 mars 2017

Ban Beemee – Pak Beng

49,04 Km – Vitesse moyenne : 11,12 Km/h

Dénivelé montant : 1182 m - Dénivelé descendant : 1351 m.

Pente montante Maxi : 11 % - Pente descendante maxi : 11 %.

Altitude départ : 501 m – Altitude arrivée : 330 m – Altitude Maxi : 757 m.

https://www.bikemap.net/fr/route/3898067-j061-mardi-07-mars-2017-ban-beemee-pak-beng/

Nous nous réveillons vers 7h15 ce matin et nous prenons la route vers 8h30 après avoir pris notre repas du matin dans le restaurant qui est à côté de la guest house.

Le ciel est un peu voilé ce matin et il ne fait que 19 °C lorsque nous prenons la route. Nous ne nous en plaindrons pas car la route commence à monter après environ deux kilomètres. Les pentes sont presque toujours entre 8 et 11 %. C’est pentu mais tout à fait faisable avec des développements de VTT. Comme la « fraicheur » du matin ne dure pas et qu’il n’y a pas trop d’ombre nous suons pas mal.

Sur le parcours de ce jour il n’y a beaucoup de montée et de descente pentue et seulement que quelques kilomètres de plat ou faux plat. La route est bonne et agréable avec peu de circulation.

Pour la nourriture nous achetons quelques biscuits par sécurité dans un petit village au kilomètre vingt environ. Il y a des restaurants après le pont qui traverse le Mekong (au kilomètre 35 environ) et nous prenons notre repas de midi dans celui qui a une terrasse avec vue sur le fleuve et le pont.

La dizaine de kilomètres qui restent jusqu’à Pak Beng est plus facile car les montées sont courtes. C’est tout de même une succession de montées et de descentes entre 7 et 10%.

Nous prenons une chambre à Pak Beng dans la première guest house que nous voyons. Il y a tout ce qu’il nous faut et le prix de 100 000 Kips est correct. Il y a beaucoup de guest house dans le village car c’est les bateaux pour touristes qui font le trajet Louang Prabang – Houay Xay ou Houay Xay Louang prabang en deux jours passent la nuit ici. On trouve des restaurants avec des menus pour occidentaux

Demain nous continuons en direction de Houay Xay que nous devrions atteindre en deux jours. Normalement nous devrions avoir une guest house presque à moitié chemin après environ 70 kilomètres. La journée sera encore très montagneuse avec un passage à environ 1 500 mètres d’altitude.

 

J062 – Mercredi 08 mars 2017

Pak Beng – Houay Xay – Jour 1 – Km 0 à Km 46

46,01 Km – Vitesse moyenne : 7,31 Km/h

Dénivelé montant : 1753 m - Dénivelé descendant : 1027 m.

Pente montante Maxi : 18 % - Pente descendante Maxi : 18 %

Altitude départ : 330 m – Altitude arrivée : 1056 m – Altitude Maxi : 1526 m.

https://www.bikemap.net/fr/route/3899176-j062-mercredi-08-mars-2017-pak-beng-houay-xay-jour-1-km-0-a-km-46/

Nous nous réveillons vers 6h45 ce matin. Il y a déjà de nombreux touristes dans les rues à la recherche d’un restaurant à leur convenance pour le petit déjeuner avant de reprendre le bateau. Pour nous ce sera un café dans la chambre avec quelques biscuits.

Nous quittons l’hôtel vers 8 heures et la ville vers 9h30 après avoir fait le plein de nos bidons et mangé notre soupe de nouille habituelle.

Nous suivons la route goudronnée qui conduit à Oudom Xay sur environ 5 kilomètres puis nous prenons sur la gauche un mauvais chemin qui attaque assez frontalement la montagne. Nous sommes tout de suite dans des pentes entre 12 et 18 %. Comme le chemin est raviné et poussiéreux nous poussons péniblement les vélos. Avec de telles pentes nous prenons rapidement de l’altitude et nous arrivons à une bifurcation. La trace indique de suivre le chemin qui conduit à une carrière et qui continue ensuite vers Houay Xay. Le chemin qui part sur la droite semble meilleur mais il n’est sur aucune de mes cartes numériques. Je préfère suivre la trace préparée qui ne nous a pas encore fait de mauvaise plaisanterie. Après la carrière c’est encore très raide et raviné mais il n’y a pas de poussière car le trafic est presque nul. Il semble n’y avoir que les propriétaires de terrains aux alentours qui empruntent cette voie. Finalement le choix était bon car ce mauvais chemin est plus agréable à suivre que le début poussiéreux. Finalement à une nouvelle bifurcation nous rejoignons un chemin plus large, un peu moins raviné et plus fréquenté. Peut-être que le chemin que nous n’avons pas pris avant la carrière est celui qui arrive ici. Peu importe nous sommes sur la bonne voie et nous avons pris pas mal d’altitude.

Nous traversons quelques villages et nous achetons quelques provisions de biscuits. Comme souvent il n’y a rien pour manger dans ces villages très pauvres. Il faut se contenter des quelques friandises qui sont à vendre dans la ou les épiceries. Après l’altitude 1200 mètres environ l’état du chemin s’améliore. Il est le plus souvent empierré ce qui évite la poussière et même parfois goudronné dans les traversée de villages ou dans les parties très pentues (plus de 13 %). Nous avançons un peu plus vite sur les parties empierrées et même sur les parties goudronnées malgré la pente qui nous oblige le plus souvent à pousser les vélos. Nous arrivons au sommet vers 15h30 après 29 kilomètres de parcours environ. Il nous reste alors environ 40 kilomètres à parcourir pour rejoindre un village où il devrait y avoir au moins une guest house. Comme nous devons perdre plus de 1000 mètres d’altitude nous pensons pouvoir y être avant la nuit.

Nous abordons donc la descente avec l’espoir de dormir dans un lit ce soir après nous être correctement restauré.

Une heure et demie plus tard nous n’avons pas fait 20 kilomètres car la descente est entrecoupée de montées plus au moins longues et presque toujours très pentue. Nous devons encore pousser les vélos et la moyenne s’en ressent. En regardant le profil de la trace préparée et en comparant le nombre et la longueur des remontées que nous avons déjà parcourues lors de la descente avec celles qu’il reste à faire nous nous rendons à l’évidence. Il nous faudra encore environ trois heures pour atteindre le but qui était fixé. Il nous faudrait donc rouler de nuit sur un terrain plutôt difficile avec des descentes aussi raides que les montées et des ravins pour nous accueillir en cas d’erreur. Il est donc plus raisonnable de camper et de terminer le parcours demain. Notre autorisation de séjour au Laos expire le 12 mars et nous ne sommes plus qu’à deux jours au maximum de la frontière thaïlandaise.

Nous installons donc notre tente quelques kilomètres avant un village pour être plus tranquilles. Deux villageois accompagnés d’un enfant viennent nous rendre visite car ils ont une petite bananeraie dans le coin. Avant et après leurs travaux dans la plantation ils regardent ce que nous faisons (montage de la tente, gonflages des matelas etc..). Ils nous aident aussi pour le faire le feu en nous découpant de petites bandes de bois sec avec leur machette. Un peu avant que la nuit ne tombe ils rejoignent leur village.

Notre plat de nouille au thon est bientôt près et nous le mangeons avec appétit car nous n’avons rien mangé de consistant depuis la soupe du matin. Il nous reste juste ce qu’il faut d’eau pour nous faire chacun une tasse de thé en gardant une petite réserve pour la nuit. Nous nous réapprovisionnerons demain matin au village et nous essaierons aussi de nous y restaurer.

Demain nous continuons en direction de Houay Xay. Nous ferons peut-être étape dans le village qui était la destination d’aujourd’hui si nous y arrivons trop tard pour espérer être à Houay Xay avant la nuit.

 

J063 – Jeudi 09 mars 2017

Pak Beng – Houay Xay – Jour 2 = Km 46 à Km 106 (Pak Tha)

59,94 Km – Vitesse moyenne : 10,88 Km/h

Dénivelé montant : 872 m - Dénivelé descendant : 1583 m.

Pente montante maxi : 18 % - Pente descendante Maxi : 19 %

Altitude départ : 1056 m – Altitude arrivée : 345 m – Altitude Maxi : 1056 m.

https://www.bikemap.net/fr/route/3899965-j063-jeudi-09-mars-2017-pak-beng-houay-xay-jour-2-km-46-a-km-106-pak-tha/

Nous nous réveillons vers 6h45 ce matin et nous prenons la route une heure plus tard environ. Nous ne voyons ni épicerie ni point d’eau dans le premier village. Par contre le village suivant n’est que deux ou trois kilomètres plus loin et comme c’est en descente nous y sommes vite. Il n’y a pas non plus d’épicerie visible mais il y a un point d’eau. Les habitants nous montrent par geste qu’elle est potable. Par sécurité nous la filtrons quand même.

Quelques kilomètres plus loin nous faisons halte devant une épicerie. Le tenancier nous fait une soupe chinoise et nous achetons quelques friandises en guise de vivre pour la journée.

Comme hier nous serons toute la journée sur un chemin de terre plus ou moins bon avec les portions en fortes pentes et quelques traversées de gros villages goudronnées. Vers midi nous traversons un gros village « Pha Oudom » où il y a au moins trois guest house. Il est un peu tôt pour chercher un logement et nous nous contentons d’y prendre  notre repas de midi. Ensuite la route devient moins accidentée. Nous en avons terminé avec la montagne mais pas avec les pentes raides à plus de 15% que nous aurons jusqu’au bout. Elles sont juste moins longues.

Les paysages de montagne en début de parcours sont très beaux avec beaucoup de villages pauvres avec une grosse population d’enfants qui nous semblent très heureux de saluer les « farang » (étrangers). Après Pha Oudom les paysages changent. Ils y a plus de cultures et les villages semblent moins pauvres. Il y a quelques belles rizières avec des petites montagnes rocheuses en arrière-plan. Sur les dix derniers kilomètres environ nous suivons la « nam Tha » à quelques distances. Sur les portions plates la culture principale est le bananier. Quelques fois nous nous écartons de la rivière pour gravir une petite montagne avec toujours des pentes très raides.

Nous arrivons vers 16h30 à une bifurcation. Tout droit nous continuons vers Houay Xay et à gauche nous allons vers le village de Pak Tha. Il y a une guest house au carrefour mais comme le village est à environ 500 mètres nous décidons d’y faire un tour. Nous ne trouvons qu’une guest house dans le village. La chambre pour trois personnes avec douche froide est à 150 000 Kips. C’est un peu cher et nous revenons à la guest house / restaurant de la bifurcation. Il faut négocier un peu pour loger à trois dans la même chambre. Le prix pour trois est de 120 000 Kips. C’est aussi un peu cher mais il y a l’eau chaude et une cour pour les vélos. Il n’y a pas de wifi mais je capte bien Lao Telecom et nous n’avons pas besoin du wifi.

Nous sommes à environ 40 kilomètres de Houay Xay et comme le pont de l’amitié IIII qui conduite en Thaïlande est quelques kilomètres avant la ville nous devrions être à la frontière en début d’après-midi. Demain soir nous devrions donc être en Thaïlande.

 

J064 – Vendredi 10 mars 2017

Pak Beng – Houay Xay – Jour 3 = Km 106 à Km 172

Pak Tha (Laos) – Ban Lai Ngao (Thaïlande)

65,85 Km – Vitesse moyenne : 13,52 Km/h

Dénivelé montant : 374 m - Dénivelé descendant : 342 m.

Pente montante Maxi : 7 % - Pente descendante Maxi : 7 %

Altitude départ : 345 m – Altitude arrivée : 377 m – Altitude Maxi : 377 m.

https://www.bikemap.net/fr/route/3900903-j064-vendredi-10-mars-2017-pak-beng-houay-xay-jour-3-km-106-a-km-172-pak-tha-laos-ban-lai-ngao-thailande/

Pour les détails et les photos du jour voir la page "Thaïlande 4" ici

 

Commentaires (3)

BONNETAT André
  • 1. BONNETAT André | 06/03/2017
Bonjour, bon courage les gars, je vois que vous en bavez avec ces pistes et dénivellation. Bravo, super voyage je vous suis tous les jours;
un ligérien de Montbrison; André
Massard
  • 2. Massard | 28/02/2017
Un endroit de rêve
Mais la baignade ne doit pas être autorisée ?
Bonne ballade .Profitez c'est le dernier mois
Paul
cyclotourisme_tranquille
  • cyclotourisme_tranquille | 01/03/2017
La baignade est autorisée dans dans certains bassins. C'est indiqué et il y a même des petites cabines pour se changer ainsi que quelques arbres aux formes adaptés pour plonger. Cependant nous ne sommes pas des inconditionnels de l'eau et nous avons terminé la visite un peu tard alors que nous avions encore la tente à démonter et une trentaine de kilomètres à faire pour rejoindre Louang Prabang. Nous ne nous sommes donc pas baignés lors de la visite. Par contre la veille au soir nous avons fait notre salle de bains des bassins inférieurs qui sont un peu en dessous du Wat où nous avons dormi.

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 25/07/2017