Thaïlande 6

J081 – Lundi 27 mars 2017

Phanat Nikhom - Pattaya

91,89 Km – Vitesse moyenne : 14,04 Km/h

Dénivelé montant : 272 m - Dénivelé descendant : 274 m.

Pente montante Maxi : 3 % (6 % sur quelques mètres) – Pente descendante Maxi : 3 %

Altitude départ : 5 m – Altitude arrivée : 2 m – Altitude Maxi : 137 m.

J’ai parcouru aujourd’hui le cinq millième kilomètre en vélo depuis notre départ de Bangkok le 6 janvier 2017.

https://www.bikemap.net/fr/route/3920763-j081-lundi-27-mars-2017-phanat-nikhom-pattaya/

Je me réveille à 6h45 ce matin. Je sors environ 15 minutes plus tard et je constate qu’il pleut. Ce n’est pas une grosse pluie mais on ne voit pas de ciel bleu et cela pourrait durer. Comme le parcours du jour est sans difficulté je ne me précipite pas pour prendre la route. Mon vélo est à l’abri devant la chambre et je le charge pour être prêt à partir si la pluie s’arrête. Je regarde la météo sur mon téléphone et ce n’est pas très encourageant. Il y a presque 50 % de chance de pluie toute la journée d’aujourd’hui. J’attends jusqu’à 9 heures environ et je me décide à partir avec le Kway et le pantalon de pluie retroussé jusqu’au genou. Je protège aussi le sac de voyage, qui n’est pas totalement étanche et que je transporte à l’avant, avec des sacs plastiques. Je prends la route vers 9h15.

J’ai rapidement enlevé mes lunettes qui étaient couvertes de buée. Le GPS (smartphone) n’apprécie pas beaucoup la pluie lui non plus. C’est un appareil étanche et il n’y a pas trop de crainte de destruction à avoir mais l’écran tactile ne répond pas lorsqu’il est mouillé. Sinon la pluie ne gêne pas vraiment pour rouler. C’est juste salissant pour le vélo et le conducteur. Les vêtements de pluie se transforment aussi en sauna et la transpiration mouille autant que la pluie.

Je fais un premier arrêt pour mon petit déjeuner vers le kilomètre 20 environ. Comme il pleut encore je garde mes vêtements de pluie pour manger. Je profite de cette pause à l’abri pour sécher l’écran du GPS et pour voir où j’en suis. Je ne suis plus sur la trace préparée et j’aurai dû bifurquer sur une petite route quelques kilomètres avant. Ce n’est pas grave car la route que je suis va dans la bonne direction et je peux rejoindre l’itinéraire un peu plus loin sans avoir à faire demi-tour.

Je reprends la route et je croise la route prévue sans la voir. Il y avait beaucoup de circulation sur la route et cela a pris toute mon attention. Je m’aperçois de mon erreur lors d’un arrêt à l’abri sous un pont. Il n’est pas question de faire demi-tour là où je suis car c’est une grande voie avec chaussées séparées. Cependant rien n’est perdu car je peux encore recoller au parcours préparé en prenant une petite route sur la gauche. C’est ce que je fais et la petite route est bonne et bétonnée au début. Après quelques kilomètres j’arrive dans de jolies petites collines qui sont occupées par un cimetière. Les inscriptions sont en chinois et je suppose que c’est un cimetière chinois. Tout est propre et bien entretenu. Le gazon qui recouvre le petit tumulus en dessus des pierres tombales est parfois jonché de pétales de fleurs jaunes. Ce cimetière est très grand et s’étale sur plusieurs kilomètres avec un chemin d’accès bétonné au début et en sable ensuite. Il y a beaucoup de bifurcation qui ne figurent pas sur les cartes chargées sur mon GPS mais je réussis quand même à rejoindre l’itinéraire préparé qui conduit à Pattaya en suivant des petites roues et même un petit kilomètre de chemin de terre. Toutes ces erreurs ont ajouté environ 8 à 10 kilomètres au parcours prévu mais grâce à elles je suis passé dans ce cimetière original.

La pluie cesse vers le kilomètre 50 environ. La route sèche rapidement et je m’arrête au kilomètre 52 pour mon repas de midi. J’en profite pour enlever les vêtements de pluie. Ils sont trempés coté intérieur et les vêtements que je porte le sont aussi. Je change de maillot et je tords celui que portais (je fais cela à chaque arrêt un peu long ou avant les longues descentes). Je crois qu’il n’a jamais rendu autant d’eau.

Le reste du parcours se passe sans autre erreur notable et j’arrive facilement à Pattaya par des petites routes. Pattaya est une grande ville très animée. Avant d’y arriver je m’arrête devant un petit commerce sur le devant duquel j’ai repéré un tuyau raccordé à un robinet qui conviendrait parfaitement pour laver mon vélo et mes jambes. Je voulais acheter un coca pour payer quelque chose mais le restaurant est fermé et le frigo cadenassé. Je demande à la jeune fille qui est ici si je peux utiliser l’eau du robinet pour laver mon vélo. Je peux et je lave rapidement mon matériel. Je laisse 10 Bahts à la jeune fille qui bien entendu refuse. Je pose donc la pièce de 10 Bahts sur une table et repars vers mon vélo après avoir remercié. La mère qui est sorti pour voir le « farang » (étranger) dit quelque chose à la fille qui part en courant. Je n’ai pas le temps de monter sur mon vélo qu’elle revient du commerce à coté avec une petite bouteille de boisson pour sportifs. J’ai déjà acheté ces boissons ici et la petite bouteille coûte 10 Bahts. Pour l’instant je ne peux que remercier et boire. Lorsque j’ai terminé de boire je rapporte la bouteille avec une nouvelle pièce de 10 Bahts. Les deux femmes sont rentrées à l’intérieur et elles ne me voient pas. La jeune fille ressort lorsque je pars et je lui montre du doigt la bouteille. Elle trouvera la pièce avec mais elle n’aura pas le temps cette fois-ci d’aller m’acheter une nouvelle boisson.

J’avais fait des recherches d’hôtels hier soir avec Google maps. Il y avait un hôtel bien placé qui proposait des chambres à 12 Euros. J’ai donc fais un bout de trace qui y conduit tout en prolongeant celle préparée il y a quelques mois. Je n’ai donc aucune difficulté, autre que les embouteillages, à y arriver. Dans le même immeuble que l’hôtel il y a aussi une guest house et c’est elle que je visite en premier. La chambre pour deux nuits est à 1000 Bahts (500 Bahts la nuit). Je visite une chambre qui est très bien avec tout ce qu’il faut et un petit balcon en plus. La dame qui me fait visiter est aussi très agréable. Cependant l’hôtel « Malee » est à deux pas et je veux comparer. Le prix de la chambre à cet hôtel est de 450 Bahts ce qui fait bien environ 12 Euros. Par contre les jeunes femmes qui sont là ne sont pas très arrangeantes. Elles ne veulent d’abord pas me faire visiter la chambre. Il faut que je me contente d’une photo. Comme sur la photo on ne voit qu’un lit et un rideau j’insiste. Finalement il y en a une qui me conduit à une chambre au troisième étage sans ascenseur. C’est beaucoup de marches et je comprends qu’en fin de journée elles soient réticentes à faire visiter. Ensuite elles veulent que je laisse mon vélo dehors alors qu’il y a une grande place en bas de l’escalier qui est en partie déjà occupée par deux vélos d’enfants. Sur ce point encore j’obtiens ce que je veux. Je peux mettre mon vélo à l’intérieur en bas de l’escalier. Je prends donc la chambre dans cet hôtel. C’est la même que celle de la guest house d’à côté. Il y a presque tout ce qu’il faut (téléviseur, réfrigérateur, climatiseur, balcon avec vue sur le mur d’en face à 2 mètres, douche chaude, wifi). Il manque une bouilloire et une chaise à mettre en face du bureau. Le prix est donc de 900 Bahts pour deux nuits. Il y a aussi un « deposit » de 500 Bahts (avec reçu) pour les clés mais comme il est restitué lors du départ il n’est pas à prendre en compte.

Demain sera donc une journée de repos et peut-être de baignade s’il ne pleut pas.

 

J082 – Mardi 28 mars 2017

Pattaya – Repos et baignade

Je me suis couché tard hier soir et je ne me réveille qu’à 8h30 ce matin. Comme je n’ai pas de programme précis pour aujourd’hui ce n’est pas un problème. De plus Pattaya est une ville touristique qui vit plutôt la nuit.

Je passe la matinée entre la nourriture, la visite du quartier et du bord de mer. Tout est calme ce matin mais il faut quand même être vigilant dans la rue car la circulation est assez importante et un peu anarchique.

Il y a beaucoup d’hôtels, de restaurants et de bars pour touristes dans le quartier où je suis. Les touristes occidentaux sont surtout des hommes âgés. Il y a bien quelques couples mais ils sont très minoritaires. Le quartier est moins orienté sexe que celui où nous étions en 2013. Il y a bien quelques bars avec des filles et d’autres avec des hommes qui ont l’apparence de femmes mais cela reste assez discret. Les tatoueurs sont aussi assez ombreux dans le quartier.

Après le repas de midi et une petite sieste je vais à la plage pour la baignade. Il y a un peu plus de monde que le matin mais on ne se gêne pas pour nager. Sur le soir au soleil couchant de nombreux thaïlandais viennent en famille ou entre amis manger et boire la bière sur le bord de mer.

Demain je reprends en sens inverse presque le même chemin que celui parcouru hier. Le parcours prévu fait 117 kilomètres jusqu’à Chachoengsao. J’ai toujours un jour d’avance et je pourrai rester une nuit de plus à Pattaya mais je n’aime pas particulièrement les villes très animées et dans trois jours je serai à Bangkok pour trois jours. Cela fait beaucoup de ville d’un coup. Je vais donc quitter Pattaya demain matin et faire les 117 kilomètres en deux jours. Comme le dernier parcours jusqu’à Lat Krabang fait moins de 50 kilomètres cela fera une fin de voyage qui ne sera pas trop fatigante. 

 

J083 – Mercredi 29 mars 2017

Pattaya – Ban Bueng

64,65 Km – Vitesse moyenne : 13,24 Km/h

Dénivelé montant : 276 m - Dénivelé descendant : 205 m.

Pente montante Maxi : 3 % (6 % sur quelques mètres) – Pente descendante Maxi : 3 % (5 % sur quelques mètres)

Altitude départ : 2 m – Altitude arrivée : 73 m – Altitude Maxi : 144 m.

https://www.bikemap.net/fr/route/3923007-j083-mercredi-29-mars-2017-pattaya-ban-bueng/

Je me réveille vers 7 heures ce matin et je suis prêt à partir vers 8 heures. Je signale à la fille qui est à la réception que j’ai consommé une bière Chang dans le mini bar de la chambre (il y avait pour environ 1 500 bahts de boissons dans le réfrigérateur et cela explique peut-être le « deposit » de 500 Bahts) ne lui réclamant le « deposit » de 500 Bahts qu’elle semble avoir oublié. Heureusement j’ai le reçu du paiement de la chambre où le « deposit » est noté. Elle monte dans la chambre pour contrôler ce qui reste dans le mini bar. Jusque-là il n’y a rien d’anormal mais lorsqu’elle redescend elle me dit que la bière « Chang » dont le prix indiqué sur le mini bar est de 50 Bahts est à 55 Bahts. La différence fait moins de 30 centimes mais je discute quand même. Je n’obtiens pas gain de cause. Elle me dit que le prix dans les chambres est le même qu’au bar et que la bière Chang est à 55 Bahts au bar. Les prix sur le mini bar sont anciens et ils vont être mis à jour bientôt. Elle me rend donc 445 Bahts pour mon « deposit » moins la bière. J’aurai dû suivre ma première impression et prendre la chambre dans la guest house à côté (100 Bahts de plus pour deux nuits) car les filles qui s’occupent de cet hôtel ne sont vraiment pas agréables. Il faut dire que je dois être un très mauvais client pour elles car j’ai observé leur manège avec les clients à mon arrivée et toutes les fois (nombreuses) où j’ai traversé la réception/Bar/Restaurant hier. L’hôtel doit faire son chiffre sur le restaurant et le bar car le rapport qualité/prix des chambres est excellent et la marge doit être faible ou nulle. Les filles semblent bien entraînées pour faire consommer boissons et nourriture aux clients hommes qui dorment ici. Elles n’ont pas eu de succès avec moi car je n’ai rien consommé hormis une bière au mini-bar de la chambre. Par contre j’ai repéré un client occidental qui était au bar lorsque je suis arrivé avant-hier. Je l’ai vu prendre tous ses repas au restaurant du bar avec toujours une fille ou une autre assise en face de lui. Ce n’était probablement pas pour faire la causette car je n’ai pas entendu le son de sa voix (peut-être était-il muet ?) et il semblait plus occupé par sa tablette que par les filles de l’hôtel. Le sourire et l’attention des filles semblent donc réservés dans cet établissement à ce type de client qui dépense plus en nourriture et surtout en boissons que pour la chambre. Ce n’est pas un problème pour moi car je n’attendais rien d’elles mais leur attitude mérite d’être soulignée car ce comportement froid et distant est plutôt rare en Thaïlande.

Je prends finalement la route vers 8h15. Je ne suis pas mon itinéraire préparé en pensant gagner du temps en rejoignant tout de suite un grand axe. Ce n’est pas une bonne idée car le grand axe est en travaux. Il y a beaucoup de circulation et des embouteillages. Après environ 6 kilomètres je retrouve mon itinéraire qui est quand même plus calme même si c’est encore une 2x2 voies dont les chaussées sont séparées par la voie de chemin de fer. Au kilomètre 11 environ je suis sorti de la ville et je retrouve les petites routes que j’ai suivies avant-hier.

Je fais ma pause petit déjeuner au kilomètre 22 environ. Le ciel était un peu nuageux ce matin lorsque j’ai quitté l’hôtel mais les gentils moutons blancs du matin ont changé de couleur et les dieux ont commencé leur partie de boule. Ils doivent être en forme aujourd’hui car ils font des « carreaux » assez rapprochés. Vers le kilomètre 30 je traverse une petite ville avec de nombreux auvents qui feront de bons abris. Comme le « déluge » semble imminent je m’arrête dans un coin tranquille. Deux ou trois minutes plus tard il commence à tomber quelques gouttes qui se transforment vite en grosse pluie d’orage. Après une première accalmie vient une nouvelle grosse pluie. Après environ une heure cela se calme. Il pleut toujours mais j’ai bien compris que ne pourrai pas éviter de me mouiller aujourd’hui. Je m’équipe donc avec les vêtements de pluie et je repars. Il pleuvra plus ou moins fort pendant presque tout le reste du parcours. La pluie s’arrête au kilomètre 60 environ lorsque je suis presque arrivé à la destination que je m’étais fixée à mi-chemin entre Pattaya et Chachoengsao. Je fais une pause sous un abri bus désert pour enlever les vêtements de pluie et tordre un peu ceux que je porte dessous car ils sont trempés de sueur. Je fais ensuite un lavage sommaire du vélo et des sacoches devant un commerce qui a fait des réserves d’eau dans des poubelles car l’eau au robinet est coupée en ce moment ici.

Je repars environ 45 minutes plus tard à peu-près sec et je me mets à la recherche d’un hôtel. Pendant mon arrêt j’ai regardé sur Google maps. Il indique quatre hôtels dans la ville (gros village) de Ban Bueng. L’un d’entre eux figure sur les cartes numériques que j’utilise. C’est donc vers lui que je me dirige en premier. C’est un établissement qui n’a rien à voir avec l’hôtel de Pattaya. Le bâtiment est ancien et le mobilier aussi. La salle de bain est très petite avec une douche froide et un WC à la Turc. Il n’y a pas de climatisation mais un ventilateur au plafond. Par contre les deux personnes (un couple âgé) qui sont à la réception sont agréables, souriants et attentionnés. La chambre avec un lit double est à 250 Bahts. Le rapport qualité/prix n’est pas bon mais c’est souvent le cas des hôtels comme celui-ci. Je n’ai pas demandé pour le wifi mais je ne capte pas de réseau au nom de l’hôtel et il me reste assez de données mobiles (1,77 Go sur les 3 Go achetés à Chiang Kong) pour le reste du séjour. Le vélo est à l’abri et sous surveillance à la réception (qui ressemble plutôt un garage). La dame me donne une dose de « 3 en 1 » (café + lait + sucre), un thermo d’eau chaude, une tasse et une cuillère. Je ne digère pas bien le « 3 en 1 » mais j’ai du « Nescafé » et du sucre. Je lui rendrai son 3 en 1 demain matin en quittant l’hôtel.

La météo n’est pas terrible pour demain et il est possible que je me mouille encore. Il ne reste qu’environ 55 kilomètres jusqu’à Chachoengsao et je peux m’arrêter avant si je trouve un hôtel sur ma route. Cela pourrait même raccourcir un peu le dernier parcours du voyage. Je verrai cela demain mais je ne me précipiterai pas pour partir s’il pleut le matin. Je ne suis qu’à une centaine de kilomètre de Lat Krabang et je peux sans problème faire cette distance en une journée. Comme la chambre à Lat Krabang n’est réservée que pour le 31 mars je peux attendre une journée ici en cas de très mauvais temps.

 

J084 – Jeudi 30 mars 2017

Ban Bueng – Ban Tin Pet (intersection routes 365 – 315 – 304)

Malgré le changement de la pile le compteur n’affiche plus rien depuis ce matin. Les données ci-dessous sont donc celles du GPS (smartphone pour la distance, la moyenne et les altitudes et celle de Bikemap pour le dénivelé. Il n’y a pas les pourcentages de pente sur Bikemap mais c’est sans importance aujourd’hui car le parcours était presque plat.

47,99 Km – Vitesse moyenne : 14,6 Km/h

Dénivelé montant : 0 m - Dénivelé descendant : 60 m.

Altitude départ : 73 m – Altitude arrivée : 2 m – Altitude Maxi : 73 m.

https://www.bikemap.net/fr/route/3924249-j084-jeudi-30-mars-2017-ban-bueng-ban-tin-pet-intersection-routes-365-315-304/

Je me réveille vers 7 heures ce matin après une bonne nuit dans une chambre qui n’a pourtant que le confort minimum. Je prends la route vers 8 heures et je fais une pause petit déjeuner quelques kilomètres plus loin.

Le temps s’est amélioré et ce matin est ensoleillé et il fait rapidement chaud. Le parcours du jour est facile mais je roule tranquillement car il n’y a pas une grande distance à parcourir. La météo annonçait hier des risques de pluie entre 14 et 17 heures. Je peux très facilement être à destination avant cette plage horaire.

Je fais ma pause de midi lorsque je ne suis qu’à quelques kilomètres de ma destination. Je ne peux pas donner la distance depuis le départ car mon compteur n’affiche plus rien depuis le départ de l’hôtel. Hier a été une journée très humide et comme le compteur n’est pas étanche je l’ai protégé avec un petit sachet plastique. Il a bien fonctionné toute la journée et j’ai pu lire les données du parcours le soir sans problème. Il m’a comme d’habitude servi de montre cette nuit mais depuis que je l’ai mis sur le vélo il n’affiche que des chiffres sans contrastes et illisibles. Je pense que c’est un problème de contact dû à l’humidité. Ce qui est étrange c’est que lorsque j’ouvre le menu l’affichage est normalement contrasté et bien lisible. Ce n’est pas un gros problème et j’essaierai de le laisser ouvert (pile enlevée) cette nuit pour qu’il sèche. Je pense qu’il fonctionne encore et que le problème actuel ne touche que l’affichage. Ce serait bien s’il pouvait afficher de nouveau les valeurs car je pourrais récupérer demain la distance totale parcourue ainsi que les cumuls de dénivelé montant et descendant.

J’ai regardé hier soir sur Google maps s’il y avait des hôtels sur ma route avant Chachoengsao. Je suis maintenant dans une zone plutôt urbanisée avec des routes assez qui sont fréquentées. Il y a donc des hôtels sur le parcours et la plus forte concentration (donc le choix) est à environ 8 kilomètres avant Chachoengsao. Je cherche donc autour de l’intersection entre les routes 365 – 315 et 304 et je trouve un bel hôtel presque neuf avec de grandes chambres très bien équipées et meublées à 500 Bahts (très grand lit, télé écran plat, réfrigérateur, climatiseur, table et chaise, douche chaude, petit balcon, wifi). Je pourrais probablement trouver moins cher dans le secteur mais le rapport qualité/prix est bon et je réserve pour une nuit.

En raccourcissant le parcours aujourd’hui j’ai aussi réduit la distance à parcourir demain. Je devrais arriver à l’hôtel de Lat Krabang après environ 43 kilomètres. Comme le parcours est presque plat ce ne sera donc pas une journée difficile. Il y a cependant 5 ou 6 kilomètres en début de parcours sur une grande route avec un trafic assez dense et bien entendu les derniers kilomètres qui seront en ville.

 

J085 – Vendredi 31 mars 2017

Ban Tin Pet – Lat Krabang

42,27 Km – Vitesse moyenne : 14,68 Km/h

Dénivelé montant : 75 m - Dénivelé descendant : 77 m.

Pente montante Maxi : 6 % - Pente descendante Maxi : 4 % (parcours presque plat les montées et descentes sont des enjambeurs de cours d’eau ou de routes)

Altitude départ : 2 m – Altitude arrivée : 0 m – Altitude Maxi : 13 m.

https://www.bikemap.net/fr/route/3925526-j085-vendredi-31-mars-2017-ban-tin-pet-lat-krabang/

Voyage en vélo terminé avec 5 226 kilomètres (dont 390 kilomètres sur chemin de terre et 435 kilomètres sur piste ou sentier soit au total 825 kilomètres hors routes goudronnées) et 37 864 mètres de dénivelé montant au compteur.

Je me réveille vers 7h15 ce matin après une bonne nuit dans une chambre fraiche avec un lit confortable. Le ciel est couvert mais il ne pleut pas mais il a dû pleuvoir cette nuit car le sol est mouillé. Je prends mon petit déjeuner dans la chambre avec le café de l’hôtel et quelques beignets que j’ai achetés hier soir sur un marché.

Je quitte l’hôtel vers 8h40 en direction de Lat Krabang et du dernier hébergement de ce voyage. Les premiers kilomètres sur des routes importantes se passent bien et j’ai de la chance car à chaque fois que je dois prendre une route sur la droite en coupant donc toutes les voies de circulation il y a un feu tricolore qui rend la manœuvre facile et sans danger.

Je prends une soupe en complément du café dans un petit restaurant au bord de la route. Lorsque vint le moment de payer j’ai droit à un « welcome to Thailand, it’s free ». C’est gênant et je donne 40 Bahts. La dame insiste pour que je ne paies pas mais devant ma détermination elle finit par me rendre 5 Bahts. Nous nous remercions mutuellement et je reprends  la route.

J’avais préparé un itinéraire qui suit des petites routes avant de rejoindre une route plus importante que nous avions empruntée lors de la première étape sans problème. Nous n’avions alors pas eu trop de circulation et comme c’était la route la plus directe j’y ai fait passer mon itinéraire. Mais depuis trois mois les choses ont changé et il y a maintenant des travaux d’élargissement sur une bonne quinzaine de kilomètres. Les voies qui restent libres pour la circulation sont donc étroites et il n’y a plus de voie pour les deux roues. Comme il y a beaucoup de camions et de flaques d’eau sur la route ce n’est pas idéal en vélo. Si j’avais su cela je serais resté sur la petite route qui est presque parallèle un peu au nord et de l’autre côté d’une rivière. Maintenant il est trop tard car le prochain pont qui traverse la rivière n’est pas loin de ma destination finale. J’arrive quand même sans problème à traverser cette zone de travaux et la fin du parcours sur une grande artère à chaussées séparées est sans problème.

Je prends mon repas de midi vers 11h30 et à environ 5 kilomètres de l’hôtel qui est ma destination.

J’arrive ensuite sans problème à l’hôtel où la réceptionniste m’indique où est la chambre de Michel et Noël qui sont arrivés ici avec une journée d’avance et ont pris une chambre pour deux personnes pour une nuit. Ils sont encore dans cette chambre en attendant que j’arrive pour prendre la chambre pour trois que j’avais réservée au départ. Je règle donc les formalités d’entrée et Michel et Noël déménagent. Ensuite ils vont manger pendant que je prends la douche.

Ils n’ont pas suivi le même itinéraire que moi et je comprends maintenant pourquoi nous ne nous sommes pas vus le premier jour sur l’itinéraire Nam Pat - Chat Trakham. En partant de Nam pat il fallait suivre la route 117 en direction du Sud Ouest et eux ils l’ont prises dans la direction opposée vers le Nord Est jusqu’à buter sur la frontière du Laos. Ils ont ensuite corrigé le tir pour rejoindre un itinéraire identique ou proche du mien mais ils étaient toujours au moins deux jours derrière moi. Il est donc normal dans ces conditions que nous ne nous soyons jamais revus sur la route.

Voilà donc la boucle bouclée pour tout le groupe. Je ne connais pas la distance exacte parcourue par Noël et Michel mais pour moi c’est 5 226 kilomètres avec 37 864 mètres de dénivelé montant.

Il nous reste maintenant deux journées complètes pour visiter Bangkok. Aujourd’hui nous allons faire un tour dans un centre commercial proche de l’hôtel et lundi sera consacré à l’emballage des vélos et aux préparatifs de départ.

 

J086 – Samedi 01 avril 2017

Bangkok – Visite du marché du Week End de Chatuchak et balade dans le quartier chinois la nuit

Après le petit déjeuner à l’hôtel qui est compris dans le prix de la chambre nous prenons la direction de Bangkok centre via le métro aérien « city Line » qui relie l’aéroport international Suvarnabhumi à Bangkok. Il y a au ne jonction entre le « city Line » à la station de Makasan et le métro souterrain (MRT) station « Petchaburi ». Le terminus du City line (Phaya Thai) est aussi relié à une autre ligne de métro aérien (BTS). Comme nous avions décidé de visiter aujourd’hui le marché qui se tient tous les week end à Chatuchak c’est tout simple pour nous. Il suffit d’aller jusqu’au terminus du « city line » à Phaya Thai et de prendre ensuite le BTS lui aussi jusqu’au terminus à la station Mo Chit.

Nous arrivons donc à Mo Chit sans difficulté. Le marché est à quelques centaines de mètres de la station et il suffit de suivre la foule qui sort du métro pour y arriver. Ce marché est paraît-il le plus grand marché extérieur du monde. Je ne sais pas si c’est exact mais il est grand. Tellement grand qu’il n’aura pas fallu une heure pour que notre groupe se trouve scindé en deux. Michel d’un côté et Noël et moi de l’autre. Nous avions un peu prévu cela et nous nous étions donné rendez-vous en bas des escaliers qui conduisent à la station de Mo Chit mais sans préciser d’heure.

On trouve de tout sur ce marché (vêtements, nourriture, souvenirs en tout genre, animaux etc..). Nous passons pas mal de temps à regarder les animaux (tortues, serpents, poissons, chiens, chats et bien d’autres). Finalement cela vaut la visite d’un zoo.

Pour manger il n’y a aucune difficulté car il y a beaucoup de restaurants avec toutes sortes de nourriture y compris des insectes grillés, des larves grillées et même des larves vivantes. Nous restons dans la nourriture plus classique et prenons un repas qui ressemble à ce que nous mangeons depuis trois mois maintenant.

Après quelques achats nous prenons le chemin qui nous ramène à Mo Chit où nous sommes vers 17 heures. Nous décidons d’attendre une heure et pas plus car nous avons passé beaucoup de temps sur le marché et si Michel n’est pas là une fois ce délai passé c’est probablement qu’il est rentré à l’hôtel. Au bout d’une heure je lui envoie un message pour lui demander où il est. Il n’a pas d’Internet mobile et il n’a pas pris sa tablette avec lui mais s’il est rentré à l’hôtel il pourra recevoir mon message. Environ 15 minutes plus tard il répond qu’il nous a attendus 45 minutes à la station de Mo Chit et qu’il est rentré à l’hôtel. Il n'a donc pas fait ce qui était convenu en ne nous attendant pas et nous avons été bien bêtes d'attendre une personne qui trouve toujours normal que les autres l'attendent mais qui ne se sent jamais obligé de le faire pour les autres.

Nous, nous avions prévu d’aller diner dans le « china town » de Bangkok. C’est un quartier très animé le soir où il y a beaucoup de restaurants. Nous ne changeons pas nos plans et nous nous y rendons toujours avec le métro (aérien et souterrain) via la gare de Hua Lampong.

Le quartier est vraiment très fréquenté et il n’est pas très facile de s’y déplacer à pieds. Nous arrivons quand même à avancer dans la chaleur étouffante et à trouver un restaurant de rue qui a encore une table de libre.

Ensuite nous prenons le chemin du retour car le dernier train du MRT (métro souterrain) part à 23h30 et il en est de même pour le city line qui doit nous ramener à Lat Krabang.

Le trajet de retour se passe aussi sans problème et nous arrivons vers 23 heures à l’hôtel plus fatigué par cette journée en ville que par une dure journée de vélo.

Demain sera encore probablement une journée de visite de Bangkok. Nous n’avons pas encore de programme mais il y a beaucoup de choses à voir à Bangkok et il faudra faire des choix.

 

J087 – Dimanche 02 avril 2017

Bangkok - Visite

C’est la fin du voyage et nous commençons à perdre nos habitudes. Nous nous réveillons un peu plus tard vers 7h30 ce matin.
Comme hier après le petit déjeuner nous prenons la direction du métro pour aller au centre de Bangkok. Nous n’avons toujours pas de programme pour la journée mais nous allons commencer par une balade sur le Chao Phraya (grand fleuve qui traverse Bangkok) avec les bateaux ordinaires (drapeau orange) qui assurent le transport de passagers au même titre que les bus ou le métro. Le prix du transport est de 15 Bahts (environ 0,40 Euros) quelle que soit la distance parcourue.

Le plus simple pour nous est de nous rendre à la gare centrale de Hua Lampong puis de rejoindre les rives du fleuve en marchant car la gare n’est pas très loin du fleuve. C’est ce que nous faisons et comme nous arrivons à un ponton lorsqu’un bateau avec un drapeau orange vient aussi d’y arriver nous embarquons immédiatement. Lorsque le bateau repart nous nous rendons compte qu’il descend le courant vers le sud alors que nous voulions remonter vers le nord. Ce n’est pas grave car nous pourrons le reprendre lorsqu’il remontera après être arrivé au terminus Sud et cela nous fera une plus longue balade sur le fleuve. De plus la personne qui fait payer la place sur le bateau n’a pas circulé dans le bateau pour faire payer les nouveaux arrivants. Personne entre le quai où nous sommes montés et le terminus Sud n’a payé le passage. Pourquoi ? Nous ne le saurons jamais.

Lorsque le bateau s’arrête au terminus nous descendons comme tout le monde et nous remontons aussitôt. Les hommes d’équipage (pilote, assistant et caissière) descendent une dizaine de minute à « terre » et à leur retour le bateau repart dans l’autre sens. La caissière semble en forme et cette fois-ci elle fait payer tout le monde et ne rate aucun nouveau entrant aux autres pontons. Nous remontons jusqu’à Phra Arthit car nous avons décidé de manger dans le quartier de Khaosan (quartier routard de Bangkok). C’est un quartier où il y a beaucoup de touristes. La nourriture y est plus chère que dans les quartiers populaires thaïlandais mais on peut y trouver des plats occidentaux.

Après le repas de midi nous repartons en direction du grand palais. Nous n’avons pas l’intention de visiter les monuments de Bangkok mais il y a les marchés aux amulettes qui n’est pas loin et le marché aux fleurs qui est sur notre route de retour vers Hua Lampong. Nous faisons un grand détour pour éviter d’entrer dans un périmètre sécurisé où sont installés de nombreux abris de toile destinés aux gens de tous horizons qui ont fait le déplacement pour honorer la mémoire de leur défunt roi.

Le grand détour n’aura servi à rien et nous sommes obligés de nous soumettre au contrôle méticuleux des militaires. Michel n’a pas son passeport mais comme il est accompagné cela ne pose pas de problème. Par contre Noël à un Opinel dans sa poche et il doit le laisser. Les militaires font une photo du couteau posé sur le passeport pour le restituer lorsque nous ressortirons. Comme nous ne ressortirons pas au même poste de contrôle le couteau est perdu pour Noël.

Nous faisons ensuite les visites que nous avions prévues et rentrons par le quartier chinois où nous prenons notre repas du soir.

Le retour en métro se passe sans problème et nous arrivons à l’hôtel vers 20 heures.

Il ne nous reste qu’une nuit à passer en Thaïlande. Pour la suivante nous serons dans l’avion entre Bangkok et Istanbul. Demain nous faisons nos bagages et nous emballons nos vélos. Nous demanderons la navette de l’hôtel pour être à l’aéroport vers 18h30. Comme le décollage est prévu à 23h20 cela nous laissera une bonne marge en cas de problème.

 

J088 – Lundi 03 avril 2017

Bangkok – Préparatifs pour le retour

Rien ne nous oblige à nous lever tôt aujourd’hui car nous n’avons rien prévu hormis faire nos bagages emballer les vélos. Je me réveille pourtant vers 7 heures et Michel et Noël me suivent de peu.

Nous commençons à faire le tri de nos affaires en séparant ce qui doit voyager en cabine et ce qui peut être enregistré. Nous descendons prendre le petit déjeuner avant d’avoir terminé cette première tâche car l’estomac réclame son dû.

Nous terminons ensuite les bagages puis nous nous attaquons aux vélos. Comme l’hôtel a gardé pendant ces trois mois de voyage nos cartons ainsi que les sacs pour emballer les sacoches nous n’avons pas à nous préoccuper de cela. Cependant il y a deux magasins de vélos (à côté de Panini résidence - Ici) sur Lat Krabang road à quelques centaines de mètres de l’hôtel en s’éloignant de Bangkok (côté droit) et nous aurions probablement pu y trouver des cartons de vélo. L’emballage des vélos se fait assez rapidement et tout est terminé vers 11h30. Nous avons encore le temps de prendre une douche avant de rendre les clés de la chambre. Les vélos et bagages resteront sous la surveillance de l’hôtel jusqu’à notre départ pour l’aéroport.

Vers 13 heures nous allons prendre notre repas de midi dans un des nombreux restaurants qui sont à côté de l’hôtel. Comme nous n’avons rien de particulier à faire et pas assez de temps pour aller sur Bangkok nous revenons à l’hôtel pour attendre l’heure du départ. Il y a tout ce qu’il nous faut à la réception. C’est de là que je passe un petit moment en écrivant ce texte. Nous avons réservé le minibus de l’hôtel qui nous conduira gratuitement nous et nos bagages à l’aéroport pour 18 heures. Comme notre avion quitte Bangkok à 22h40 cela nous laisse encore pas mal de temps à l’aéroport mais avec de gros bagages il est plus prudent de prévoir une marge confortable.

Le minibus de l’hôtel nous prend en charge vers 17h35 et nous arrivons à l’aéroport vers 18h10. L’enregistrement des bagages ouvre vers 19 heures et nous sommes parmi les premiers. C’est mieux car nos cartons de vélo sont encombrants et nous avons du mal à faire notre chemin dans la foule. Tout ce passe bien et nous sommes assez rapidement débarrassés de nos gros bagages. Pour ceux qui voyageraient comme nous avec des vélos en bagage et avec Turkish Airlines il est bon de savoir que le supplément de 90 Euros pour le transport retour du vélo doit être payer en espèces et en Bahts. Pour ne pas se retrouver comme nous obligé de retirer des Bahts à un distributeur de l'aéroport avec un taux de change très mauvais il faut donc prévoir de venir avec l'équivalent de 90 Euros en Bahts (3 370 Bahts pour nous le 03/04/2017).

Le temps d’engloutir les repas que nous avons achetés dans un restaurant à côté de l’hôtel et il est l’heure de faire les formalités de sortie et de nous diriger vers la salle d’embarquement. C’est de là que j’écris ce texte. Il est 21h30 et l’embarquement devrait commencer vers 22 heures.

 

J089 – Mardi 04 avril 2017

Bangkok – Istanbul (avion) – Istanbul – Lyon (avion) – Lyon Neulise (voiture)

Les deux vols qui nous ramènent de Bangkok à Lyon se sont bien passés et nous avons récupéré nos vélos et bagages intacts à Lyon.

Marité Farjot est venue nous chercher à l’aéroport pour nous ramener jusqu’à la maison et nous avons dégusté ses excellents sandwichs au jambon dans la voiture pendant qu’elle conduisait. Merci Marité pour le transport et le repas.

 

Commentaires (3)

Cottin
  • 1. Cottin | 29/11/2017
J'étais en voyage à vélo en Thaïlande et un tout petit peu au Laos et au Cambodge du 27 février au 15 mai, aller-retour de Bansaray, situé à une vingtaine de km au sud de Pattaya, où j'ai un ami.
J'ai lu votre récit avec intérêt.
Je vous remercie pour vos indications précieuses et d'avoir mis vos tracés GPS en ligne. Pour ma part je les mets sur Wikiloc, et c'est grâce à ce site que je suis tombé sur l'adresse du vôtre.
Votre périple est intéressant de par les pistes et les chemins de terre que vous empreintez, ce qui pimente le voyage. Sur 9 voyages, j'ai fait un seul essai de partir avec un ami, ce n'est pas toujours évident de s'entendre pendant tout le périple. Je pense qu'à trois, c'est encore plus compliqué.
J'étais à Phetchabun les 14 et 15 mars. J'aurais aimé que nos routes se croisent.
Je ne pensais pas encore en ces dates que j'aurai un parcours si difficile entre cette ville et Loei, dans cette région réputée plate, l'Isan. Il est vrai que certains parcours ont de quoi surprendre de par les pourcentages. Comme la fin de la montée du Preah Vihear !
Bonne préparation pour d'autres voyages...
BONNETAT André
  • 2. BONNETAT André | 03/04/2017
Bonjour, bon retour en France dans la Loire, je vous ai suivi depuis le début et j'ai apprécié. Il n'est pas impossible que je reparte faire un tour en vélo en Asie du SE, mais malheureusement je prends de l'âge et difficile de trouver un compagnon de route de plus de 70 ans.
Encore bravo et au plaisir de vous rencontrer un jour peut-être, je suis de Montbrison. Prévenez moi si vous faites une petite projection de votre périple.
bon retour. André
Gabriel Etienne
  • 3. Gabriel Etienne | 31/03/2017
Bravo pour votre périple, les photos étaient belles. Merci beaucoup pour la carte postale. Bon retour vers la France. A bientôt.

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 31/12/2020